Pain perdu, temps retrouvé

Pain perdu, temps retrouvé

Une recette simple, aujourd'hui, à peine une recette, en vérité, puisque que je ne donnerai pas de grammages. J'ai tout fait au pif !

L'idée était de composer un dernier petit-déjeuner de vacances avec un bout de pain de potiron que j'avais, à vrai dire, laissé consciemment rassir dans le but de faire du pain perdu. 

Vous allez rire (même pas) mais, en théorie, je n'aime pas le pain perdu. Il y a quelques mois de cela, j'affirmais encore à une amie "le pain perdu, pas pour moi". Elle va sourire.

Qu'est-ce qu'il me prend alors ?

- Une envie !

Pour être franche, je n'ai fondé mon "je n'aime pas" que sur une unique expérience qui remonte à plus de 15 ans. Il était temps de goûter à nouveau et l'envie aidant...

La révélation pain perdu est née d'une visite au musée du Louvre, la semaine dernière, et principalement de l'exposition "Vermeer et les maîtres de la peinture du genre".

Alors que je me trouvais face au célèbre tableau La Laitière (Vermeer), que l'on voit partout sur les emballages de yaourts du même nom, le temps s'est arrêté. Je découvrais ou plutôt redécouvrais cette oeuvre. La laitière m'a parlé du temps suspendu à l'activité... l'activité culinaire, en l'occurrence ; de ces moments où l'on est tout entier absorbé par ce que l'on fait, dans un silence presque religieux. Le temps n'existe plus, il ne défile plus. On l'oublie pour être dans le moment présent. Pas de précipitation. Chaque geste est conscient, vécu pleinement. 

La Laitière est l'illustration parfaite de ce que j'ai aimé dans la cuisine et surtout dans la pâtisserie, lorsque j'ai commencé à m'y intéresser vraiment (il y a 17 ans). Trouver une vraie paix intérieure en créant, fabricant, confectionnant. Être tout à sa tâche.

J'ai un peu perdu cette sérénité pâtissière en préparant mon CAP, contrainte que j'étais de suivre un planning, d'aller vite, de faire moins de choses "à la main", de réaliser des productions qui ne me tentaient pas toujours.

Je ne souhaite donc pas vraiment vous donner une recette, ce dimanche, mais plutôt vous retranscrire ces parenthèses, hors du temps, et pourtant si ancrées dans l'instant, que je connais en cuisinant.

Pain perdu, temps retrouvé
Pain perdu, temps retrouvé

Réaliser un pain perdu, c'est couper du pain. S'attacher au bruit de la coupe, croûte, mie sèche. Chrompf chrompf chrompf (onomatopées subjectives comme plus loin). Mille miettes, plus ou moins. Observer les alvéoles bien visibles de ce pain rassis. Ramasser et croquer une graine de courge échouée sur la table. 

Fissurer, d'un coup sec contre le bord du plat, la coquille d'un oeuf. Toc. Se servir de cette brèche pour séparer la coquille en deux. Chleuc. Ploc. Blanc visqueux translucide ; jaune rond éclatant. Battre l'oeuf à la fourchette. Tic tic tic tic tic. Cling.

Ajouter du sucre (rapadura ici). Les grains s'entrechoquent en glissant. Admirer comme ils commencent à fondre et à brunir au contact du liquide ocre jaune. Battre encore. Tic tic tic tic tic. Cling, fait le manche de la fourchette reposée au bord du petit plat blanc.

Pain perdu, temps retrouvé
Pain perdu, temps retrouvé
Pain perdu, temps retrouvé

Verser du lait. Pliiiiiiiiiiiiiiic. Temps suspendu. La laitière revit. Ploc ploc ploc. Mélanger les textures autant que les couleurs. Tic tic tic tic tic. Cling.

Prendre une tranche de pain. La plonger dans le lait aux oeufs. Appuyer, du bout des doigts, pour qu'elle soit totalement immergée. Laisser le pain s'imbiber, selon ses goûts. Retirer la tranche avant la noyade. Sentir, toujours sous les doigts, les changements de poids, de consistance et de résistance, opérés. Mettre la tranche dans un autre plat : chploc.

Couper un morceau de beurre et le faire fondre dans une poêle. Laisser le beurre chanter, savourer ce parfum de gourmandise déjà. Disposer la tranche de pain dans la poêle. Odeurs et sons se transforment. Laisser dorer la tranche avant de la retourner de l'autre côté pour procéder au même cérémonial.

Pain perdu, temps retrouvé
Pain perdu, temps retrouvé
Pain perdu, temps retrouvé
Pain perdu, temps retrouvé

Glisser la tranche dans une assiette : chlic. La couper en deux - clac - pour apprécier les jeux de textures à l'oreille : croustillant à l'extérieur ; tendre-moelleux à l'intérieur. Saupoudrer de sucre glace pour la beauté du geste et du silence. Déguster religieusement en prêtant attention aux saveurs, aux flaveurs, aux textures.

Cuisiner, ce n'est que bonheur et sensations.
Et le pain perdu, quand on le fait comme on aime, c'est bon ! ;-)

Pain perdu, temps retrouvé
Pain perdu, temps retrouvé

Pour le plaisir des mots, du goût... et pour aller plus loin ! 

 

Le pain

     La surface du pain est merveilleuse d'abord à cause de cette impression quasi panoramique qu'elle donne : comme si l'on avait à sa disposition sous la main les Alpes, le Taurus ou la Cordillère des Andes.
     Ainsi donc une masse amorphe en train d'éructer fut glissée pour nous dans le four stellaire, où durcissant elle s'est façonnée en vallées, crêtes, ondulations, crevasses... Et tous ces plans dès lors si nettement articulés, ces dalles minces où la lumière avec application couche ses feux, - sans un regard pour la mollesse ignoble sous-jacente.
     Ce lâche et froid sous-sol que l'on nomme la mie a son tissu pareil à celui des éponges : feuilles ou fleurs y sont comme des sœurs siamoises soudées par tous les coudes à la fois. Lorsque le pain rassit ces fleurs fanent et se rétrécissent : elles se détachent alors les unes des autres, et la masse en devient friable...
     Mais brisons-la : car le pain doit être dans notre bouche moins objet de respect que de consommation.

Francis Ponge - Le parti pris des choses (1942)

I try to keep my clocks on time...

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Sandrine

Cuisine-pâtisserie : http://www.depoussiere-ta-petite-cuillere.fr/ Poésie-photographie : https://zeugmaticetoc.tumblr.com/
Voir le profil de Sandrine sur le portail Overblog

Commenter cet article

cricri 24/03/2017 20:08

ça donne l'eau à la bouche !!! on peut faire une bonne recette avec très peu d'ingrédients !!!
Je vais proposer ça à mes 3 loulous ! Ils vont se régaler !!
Super ton article comme d'habitude !! Tu devrais te mettre à l'écriture !!! C'est un conseil !!!
Gros bisous

Sandrine 26/03/2017 19:29

Merci de ton passage par ici ; c'est super gentil :-D
J'écris ici, j'écris ailleurs, par plaisir. Je ne suis pas certaine de pouvoir faire quelque chose de mon goût pour l'écriture par contre. Merci du conseil toutefois :)

Gros bisous.
A bientôt !

Estelle 18/03/2017 18:53

Superbe ! Un délice !
Je me rappelle quand j'étais à la mer et que je vous avais envoyé un SMS suite à la demande de Maman qui voulait en faire pour le dessert lol ! Bisous et félicitations pour l'article et les jolies photos !

Sandrine 19/03/2017 11:22

Et oui, c'est bien toi qui étais présente en filigrane dans l'article :-D

Merci de ton passage par ici et pour tes gentils mots... (comme toujours :-) )
Tu me manques ! ;-)

Je te fais des bisous.

sotis 06/03/2017 14:46

que du bonheur!!!!

Sandrine 11/03/2017 17:33

Exactement ! :-D

Merci de ta visite :) Je suis repassée sur ton blog, très inspirant ! (je laisserai des petits comm')
J'aime beaucoup les changements que tu as effectués dans tes publications (recettes, photos) ; je n'y étais pas allée depuis une éternité (je ne suis plus présente sur mon propre blog mais sur celui des autres non plus... c'est gravissime). Bref, ton site est devenu une vraie pépite ! Bravo à toi :) Et je suis d'autant plus fière que tu continues à me suivre ;)

Bises et merci encore.