Maman cherry pie

Maman cherry pie
Maman cherry pie

Quand j'ai commencé à réfléchir à un dessert de fête des mères, la semaine dernière, les idées m'ont menée un peu partout mais finalement nulle part. Je partais dans tous les sens, comme ça m'arrive souvent lorsque le champ des possibles est un peu trop vaste. Après plus d'une trentaine d'années de cohabitation avec moi-même, je finis par bien me connaître et je sais désormais que quand j'ai trop d'idées, je n'en réalise en général aucune (ou alors pas dans l'immédiat).

Au moment de partir en w-e chez mes parents, plusieurs bulles-recettes s'étaient installées dans mon cerveau, chacune ouverte et potentielle : un fraisier ; une dame blanche aux fraises revisitée ; un gâteau de Savoie servi avec des cerises au sirop ; un clafoutis ; des moelleux pistache-cerises ; un gâteau basque ; des choux...

Lorsque je suis arrivée dans la maison parentale, mes bulles en étaient au même stade, si ce n'est que d'autres les avaient rejointes : une tropézienne ; des lava cakes à quelque chose ou n'importe quoi... Il y avait de quoi devenir marteau ! Tous ces gâteaux flottaient dans une brume d'incertitude et étaient bien partis pour se transformer en gloubi-boulga. Par mesure de sécurité, j'ai refermé toutes les bulles le temps du repas.   

A la fin du dîner, ma mère a posé un saladier de cerises sur la table. Des cerises du jardin. Un quart d'heure plus tard, nous étions sous les arbres.

Maman cherry pie
Maman cherry pie
Maman cherry pie

Ces derniers mois, un ami m'a proposé de l'accompagner lors de balades dans la nature. Je suis sortie de mon hibernation annuelle un peu plus tôt que prévu pour cheminer par les sentiers, par les forêts, par les collines, par les pierriers, par les vergers et les vignes. J'ai redécouvert des sensations presque oubliées ; le goût de la liberté. La ville dans laquelle je vis depuis plus de 18 ans m'aurait-elle totalement "dénaturée" ?

Si j'ai toujours eu un côté casanier, rat de bibliothèque qui préfère lire confortablement chez soi plutôt que mettre le bout du nez dehors, surtout l'hiver, la terre est dans mes gènes. Comme une histoire de rat des villes et de rat des champs ; comprenne qui pourra... ! Mes grands-parents maternels étaient agriculteurs. Dans l'enfance, pendant les vacances, lassée des livres ou de la télévision, je suivais mon grand-père dans les terres, dans les champs pour l'aider à ramasser des fruits et légumes ou donner à manger aux animaux. Quant à ma grand-mère, qui restait le plus souvent à la ferme, je lui dois les mailles à l'envers et à l'endroit du tricot (j'ai tout oublié, je le regrette mais je tisse des mots ici parfois) et mes premiers gâteaux.

Ce w-e de fête des mères, j'ai délivré mon appareil photo de l'antre cuisine où il finissait par croupir. Les cerisiers des photos de cet article appartenaient à mes grands-parents. Comme un retour aux sources maternelles...

Sous les arbres, au soleil couchant, j'ai eu envie de préparer une tarte aux cerises. Une tarte rustique, le lien aux racines, à accompagner d'une glace à l'amande pour combler mon côté chichiteux.
Je suis comme ça : simple mais compliquée ; nature et aromatisée ; sombre et colorée ; nourrie de quelques textes de lettrés et de références populaires ; amatrice d'oeuvres médiévales et contemporaines ; une solitaire qui aime aller à la rencontre de l'autre ; une bavarde réservée ; une fofolle sérieuse ; une philosophe superficielle ; une discrète au rire gras ; une naïve perspicace ; espérante parfois désespérée ; une compréhensive incompréhensible ; une courtoise impolie ; rassurante jamais trop rassurée ; une perfectionniste jem'enfoutiste ; une adulte encore enfant, calme et volcanique, aussi rieuse que pleureuse. Je suis un oxymore à moi toute seule, pour mon plaisir pour mon malheur.

Et si quelquefois tu m'exaspères, autant que je t'exaspère, Maman, je t'aime.

Maman cherry pie
Maman cherry pie

Pour 1 tarte de 8 personnes

 

La pâte brisée sucrée

  • 200 g de farine T65
  • 100 g de beurre
  • 1 c. à s. de sucre
  • 50 g d'eau très fraîche
  • 1 pincée de sel

 

La garniture

  • 500 g de cerises dénoyautées
  • 50 g de sucre
  • Le zeste d'un citron
  • 1/4 de gousse de vanille grattée
  • Pâte d'amande maison (ou un mélange légèrement humidifié de 2 c. à s. d'amandes en poudre et de 2 c. à s. de sucre glace)
  • Quelques amandes torréfiées et concassées

1. La pâte brisée. Dans un saladier, versez la farine, le sucre, le sel. Ajoutez le beurre coupé en morceaux. Amalgamez le beurre et les poudres du bout des doigts (= sablage). Vous devez obtenir une texture de sable fin. Ajoutez enfin l'eau fraîche. Rassemblez rapidement la pâte en boule, sans trop la travailler. Laissez-la reposer au frais pendant 1 h.

2. La garniture. Mettez les cerises dénoyautées dans un saladier, ajoutez-leur le sucre, les grains de vanille et le zeste du citron. Mélangez et réservez.

3. Le dressage. Préchauffez le four à 180°C. Etalez la pâte brisée en un grand cercle. Répartissez la pâte d'amande, détendue si besoin ou légèrement réchauffée, en laissant un rebord de 2 à 3 cm. Parsemez d'amandes concassées. Disposez les cerises. Relevez les bords de la pâte. Dorez à l'oeuf battu et décorez éventuellement avec les chutes de pâte ainsi que des amandes concassées. Enfournez pour 30 à 40 min.    

 

Maman cherry pie
Maman cherry pie
Maman cherry pie

Pour la glace à la pâte d'amande :

- Pâte d'amande maison, j'ai suivi la 1ère recette proposée par Edda Onorato, avec du blanc d'oeuf : "Pâte d'amande maison facile - 4 méthodes", Un déjeuner de soleil, 5 décembre 2011 ;

- Pour la glace : "Glace à l'amande comme celle de Jean Sulpice ?", C'est moi qui l'ai fait !, 16 août 2010. J'ai remplacé le miel par du sirop d'agave (une personne allergique au miel était présente au repas) et j'ai ajouté des amandes torréfiées puis concassées.

Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

Sandrine

Le blog : http://www.depoussiere-ta-petite-cuillere.fr/ La photographie : https://zeugmaticetoc.tumblr.com/
Voir le profil de Sandrine sur le portail Overblog

Commenter cet article

Estelle 30/05/2017 17:47

Je ne vais pas répéter le contenu de mon SMS mais je trouve le texte très bien écrit et tes photos très jolies ! Ma préférée est celle de la tarte qui s'apprête à passer au four, avec le pinceau à côté !
Recette testée et approuvée !
Bisous et félicitations !

Sandrine 31/05/2017 09:46

Merci Estelle pour ton commentaire et tes encouragements ! :-D
Oui, recette testée et approuvée. Même moi, je n'avais pas grand chose à redire à ma tarte, c'est dire ! :-)
Ma préférence revient toujours à la photo avec les cerises pas encore mûres, la lumière qui passe entre les feuilles, les dégradés de couleur du bleu au vert, du rose au rouge. J'ai arrêté de dire que je trouvais cette photo "poétique", depuis dimanche, je te rassure, même si je le pense ! Ah ah ! :-D

Bisous <3